Le Mexique, et surtout, les mexicains. On entend beaucoup de choses à ce sujet. Mais qu’en est-il vraiment ? Je profite d’un premier voyage dans ce beau (et grand) pays pour te donner mon feeling à ce sujet.

Famille & traditions

L’importance de la famille. Les mexicains semblent avoir des liens familiaux très forts. Les enfants ont vraiment l’air d’être couvé par les parents, et les grands-parents. Ils se donnent souvent la main, et tu vois beaucoup de sourires. C’est peut-être con, mais pour que cela m’étonne, je me dis que je ne vois plus autant ceci en France. Et les enfants sont adorables quand ils te disent un beau « buenos dias ». Touchant.

Lutter contre les clichés

À ma grande honte, je suis parti au Mexique avec quelques clichés en tête concernant les mexicains. Je m’attendais à voir des petits excités s’agiter dans tous les sens en hurlant. Il est certes vrai que les mexicains, comme la plupart des autres peuples latins, ne sont pas très grands (n’étant moi-même pas un géant, c’est assez drôle !). Mais cela s’arrête là.

Au cours des 3 semaines à traverser les états du Quitana-Roo, du Yucatan, de Campeche et du Chiapas, on peut dire que les mexicains sont des personnes calmes, posées.

La politesse est quelque chose de trèèès important (comme dans le reste de l’Amérique Latine paraîtrait-il). C’est peut-être con, mais touristes comme mexicains doivent dire le fameux « bonjour, merci, au revoir » ; que cela soit en allant au magasin, dans le bus, ou dans la rue ! Sans l’ombre d’un doute, on peut dire que les mexicains sont plus polis que les français.

On retrouve ce respect sur la route, sisi ! les mexicains s’arrêtent pratiquement instantanément au niveau des passages piétons (alors que parfois en France, tu peux crever avant de pouvoir traverser, disons-le).

Ils ne parlent pas beaucoup anglais, même dans les lieux touristiques, mais essaieront de te comprendre si tu ne parles pas vraiment espagnol (parfois en vain lol).

Les particularités latines (et mexicaines)

En revanche, peut-être n’ai-je pas eu de chance, mais les professionnels de la restauration sont assez mous, un peu au bout de leur vie (mais pas irrespectueux).

Et concernant la conduite, alors là c’est un truc de fou. On va dire que ça va dans les plaines, mais les mexicains dans les montagnes, c’est la 5ème dimension. Ça double dans tous les sens, souvent sans réelle visibilité (les véhicules en face doivent parfois s’arrêter), ça dépasse dans les villages, etc. Impressionnant, surtout quand on voit en plus l’état de certaines routes. Et le pire, c’est que je n’ai pas vu un seul accident.

Sinon, niveau tarifs, les mexicains essaient un peu de te prendre pour un pigeon, mais pas trop (rien à voir avec les guatémaltèques qui te prennent vraiment pour un con). Il y a toujours moyen de marchander bien sûr.

Ce qui m’a beaucoup plus, c’est aussi l’artisanat mexicain. Se balader des les marchés est un plaisirs pour voir leur savoir-faire. Et crois moi, ils savent en faire des choses : vêtements traditionnels, bijoux, décorations d’intérieur, etc. C’est beau. Très beau, et j’ai regretté de voyager plusieurs mois en sac à dos, et de faire l’impasse dessus.

Justement, qui dit artisanat important dit forte culture maya, notamment au Chiapas. Il n’est pas rare de voir des femmes en habits traditionnels dans les rues, ni d’entendre les gens parler entre eux avec un dialecte maya (et qui roulent en grosses américaines ahah). On flirte avec le Mexique profond, le Mexique originel.

La question de la sécurité

La sécurité, un sujet qui revient souvent quand on parle de ce genre de pays. Il est assez difficile de se prononcer là-dessus car je n’ai pas été dans l’ensemble du pays, ni pour une durée très longue.

Mais mon ressenti est positif, très positif. À aucun moment je ne me suis senti en insécurité ou mal à l’aise. Il suffit d’avoir du bon sens : se renseigner sur les endroits ciblés, ne pas se balader à 2h du matin, ne pas trop étaler sa richesse (mais tu peux sans problème être sur ton smartphone, les mexicains le sont tous ou encore prendre des photos avec un réflex).

Après, plus tu t’éloignes du sentier touristique, plus le risque grandit (moins de présence policière). C’est de ta responsabilité. Si j’ai une bonne opinion des mexicains, cela ne veut pas non plus dire qu’ils sont tous mignons et gentils. Les passages dans les différentes auberges de jeunesse m’ont permis d’entendre des histoires pas très jolies : un voyageur témoin d’une fusillade, ou encore une fille braquée. Des faits qui nous permettent de garder les pieds sur terre. Une seule règle : rester attentif à l’environnement, et ne pas se croire intouchable (la confiance finit souvent par faire défaut).

Ceci dit, il faut relativiser. Le Mexique était le 6ème pays le plus visité au monde en 2017, avec 40 millions de touristes. Pas mal pour un pays à la réputation sulfureuse. C’est aussi, comme absolument tous les pays du monde, un pays où il se passe de bonnes choses et des choses plus regrettables. Mais cela est bien plus vendeur pour les médias de parler du touriste qui s’est fait détrousser (soi-disant) par un cartel mexicain que du touriste qui s’est fait voler sa mobylette par un ptit thaïlandais. À méditer.